Incinération en Île-de-France : légère hausse en 2021

20 décembre 2022ContactBlandine Barrault

L'ORDIF met en ligne les dernières données sur les unités d’incinération de Déchets Non Dangereux (UIDND).

Avec 3 876 267 tonnes de déchets incinérés, provenant essentiellement des ménages, les 18 sites franciliens ont reçu 173 452 t en plus par rapport à 2020 (+4,7%). 
 
L'évolution de l’incinération des déchets non dangereux en Île-de-France est marquée par une certaine stabilité : le tonnage oscille entre 3,60 et 3,87 millions de tonnes selon les années depuis 2008.

Le parc francilien se caractérise par de fortes performances énergétiques. 4 111 460 MWh de chaleur ont été vendus en 2021 sur les réseaux de chaleur alimentant, logements, bureaux ou industries. De même, 754 863 MWh électriques réinjectés sur le réseau. Une seule installation ne répond pas encore au critère de performance permettant de classer ce mode de traitement en « valorisation énergétique ».
 
Les données sont présentées sous la forme d'un diaporama synthétique. Vous y retrouverez les chiffres clés, le tableau descriptif de chaque site, les évolutions des tonnages traités, les ouvertures/fermetures de sites, les capacités autorisées et les installations en projet. 
En lien également, une carte interactive des incinérateurs franciliens, offrant jusqu’à une vue aérienne de chaque site. 
 
Depuis 2006, l’ORDIF, département Déchets de L’Institut Paris Region, observe tous les deux ans, les installations franciliennes accueillant des déchets, aujourd'hui sur plus de 630 sites. L'enquête sur les données 2020 est arrivée à son terme et les restitutions sont publiées au fur et à mesure courant 2022. Ces données permettent de calculer des indicateurs de suivi du plan de prévention et de gestion des déchets (PRPGD) de la Région Île-de-France, et d'alimenter la base nationale SINOE de l'ADEME. L'ORDIF remercie les exploitants pour leur participation essentielle à cette observation collaborative ! 

 

L’INCINÉRATION DES DÉCHETS NON DANGEREUX EN ÎLE-DE-FRANCE

Les chiffres clés 2021

PARC D’INSTALLATIONS
18 installations

QUANTITÉS INCINÉRÉES EN ÎLE-DE-FRANCE
3 876 267 tonnes

CAPACITÉ AUTORISÉE ANNUELLE EN ÎLE-DE-FRANCE
(Déchets non dangereux) 4 229 900 t/an

QUANTITÉS INCINÉRÉES HORS ÎLE-DE-FRANCE
65 000 tonnes (1,6% des déchets non dangereux non inertes franciliens incinérés)

Le parc francilien

Toutes les usines franciliennes ont une maitrise d’ouvrage publique. Les trois installations du Syctom (Agence métropolitaine des déchets) représentent 45% des capacités franciliennes.

Les changements à noter concernant les UIDND franciliennes entre 2020 et 2022 sont les sociétés exploitantes des usines. En effet, quelques mouvements ont eu lieu à l’occasion de renouvellements de contrats et de « rachat » d’entreprises : PAPREC exploite désormais l’usine de Saint-Ouen (93) (par intégration de TIRU), Thiverval-Grignon (78) (par intégration de CNIM), et Saint-Ouen-l’Aumône (95) (à la suite de CGECP); Engie exploite depuis mars 2022 l’usine de Rungis (auparavant exploitée par Véolia).

L’évolution des tonnages incinérés

L’année 2021 montre une hausse significative des tonnages incinérés (+180 000 t) dépassant les niveaux atteints il y a quelques années (plus de 3,85 millions de tonnes en 2014, 2016 et 2017). Le flux principal, celui des ordures ménagères résiduelles (85% de l’ensemble), est en augmentation. Les refus de tri des collectes sélectives (+38%) et les encombrants ménagers ont également augmenté.

Production énergétique en 2021

L’incinération permet de produire de l’énergie récupérée au moyen d’une chaudière et transmise à un fluide (eau surchauffée ou vapeur). Ces dernières peuvent être directement utilisées pour chauffer des locaux (récupération de chaleur ou « thermique »). À haute pression, la vapeur permet également de produire, via un turboalternateur, de l’électricité. La cogénération allie valorisation électrique et récupération de chaleur

  • 4 111 460 MWh de chaleur ont été vendus sur les réseaux de chaleur alimentant logements, bureaux ou industries, produits par 15 UIDND
  • 754 863 MWh électriques réinjectés sur le réseau électrique par 16 UIDND

Depuis 2020, l’Île-de-France ne compte plus qu’une seule UIDND ne répondant pas au critère de « valorisation », bien qu’elle récupère quand même une partie de l’énergie qu’elle transforme en chaleur et électricité. Il est d’ailleurs prévu, d’ici 2024, une extension importante qui permettra d’atteindre la performance nécessaire pour la qualification de « valorisation ».